arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Daniel Luz

Daniel Luz pratique les arts martiaux chinois depuis 1982. Il a remporté plusieurs titres parmi lesquels Rio Champion Brésilien et Panaméricain de taijiquan et taijijian (mains nues et épée). Ses 35 ans d’expérience en taijiquan et qigong lui donnent une perspective privilégiée sur les effets pratiques de ces entraînements.

En 1989, il commence sa pratique clinique de shiatsu, et y incorpore l’acupuncture à partir de 1999. Son mentor Acacio Cabral Suzuki, lui enseigne l’anma et la tradition japonaise. En 2007, il héberge le professeur Jeff Nagel, élève du maître taoïste Share K. Lew de San Diego. C’est Jeff qui lui ouvre les yeux sur les possibilités du traitement par le qi lui-même. En 2013, il se certifie dans le système Hari de maître Koei Kuwahara, puis effectue un séjour d’apprentissage intensif au Goto College (Tokyo et Utazu). Il participe aux séminaires de maître Kobayashi en Californie durant les années 2015 et 2016.

Il commence à développer la Thérapie Imagétique à l’occasion des pluies diluviennes de janvier 2011 à Rio de Janeiro, qui ont provoqué d’innombrables dégâts et victimes. Contraint par la précarité de la situation, il tenta de soulager les blessés au moyen de son qigong. Bluffé par les résultats, il commença l’investigation méthodique et la systématisation de cette pratique, baptisée Thérapie Imagétique. En 2015, il est invité à l’enseigner en France et en Espagne, et reçu avec grand enthousiasme. Depuis trois ans, quatre promotions se sont succédé et ont confirmé l’engouement initial pour cette technique.

Il vit à Teresopolis avec sa femme et leurs deux enfants, et y mène une activité clinique régulière ainsi qu’à Rio de Janeiro. Il parle couramment le français. 

 

Panier