arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Blog

Le Yi Jing taoïste ou Wen Wang Gua

Le Yi Jing taoïste ou Wen Wang Gua

Par Fabrice Jordan

December 18, 2019


Blog

Le Yi Jing taoïste ou Wen Wang Gua

Par Fabrice Jordan

December 18, 2019


Le Yi Jing taoïste ou Wen Wang Gua

Le Yi Jing 易经 (Classique des mutations) est une méthode permettant de modéliser le changement (Yi) et offrant une aide à la prise de décision. Ce Classique postule que Ciel et Homme ne font qu’un (Tian Ren He Yi 天人合一) indiquant par-là que nos actions humaines et les phénomènes qui semblent nous arriver « par hasard » sont en fait la résultante d’un ensemble de conditions que le macrocosme impose à notre réalité. Notre liberté d’action n’est donc pas toute puissante et ne peut s’appliquer que dans un « couloir décisionnel » conditionné par les lois de l’univers. L’utilisation du Yi Jing permet de sonder les conditions universelles présentes au moment de la prise de décision, nous donnant alors la possibilité d’exercer notre libre arbitre de manière éclairée.

En Occident, nous connaissons surtout la méthode de Yi Jing dite confucéenne ou « Zhou Yi 周易 », une approche consistant à interpréter l’hexagramme via un texte canonique. Le Wen Wang Gua 文王卦 (ou Liu Yao 六爻) provient du Gui Cang 归葬, une version du Yi Jing de la dynastie Shang qui précède le Zhou Yi. Elaboré en 50 av. JC, le WWG tombe ensuite dans l’oubli durant près de 1000 ans pour des raisons politiques et réapparait sous la dynastie Song (960-1279). Depuis, les deux écoles ont coexisté et se sont parfois opposées, mais actuellement, les maîtres de Yi Jing en Chine tendent à utiliser les deux méthodes de manière conjointe et synergique.

Quelle différence entre ces deux approches ? Le Wen Wang Gua et le Zhou Yi sont semblables quant au tirage de l’hexagramme. Dans le premier, on adjoint cependant au résultat de ce tirage un certain nombre d’éléments temporels, qui vont venir habiller chaque trait et donner par ailleurs un point de référence externe pour l’interprétation. Pour ceci, on utilise les propriétés d’un calendrier luni-solaire, qui définit le temps en cycles de 60 ans. Ce cycle est formé d’un ensemble d’éléments appelés branches terrestres, au nombre de 12, et troncs célestes, au nombre de 10. L’assemblage d’un tronc et d’une branche permettant de rythmer le temps par cycles de 60 ans.

Le but de ce montage consiste à assigner un des 5 éléments (bois, feu, terre, métal, eau) à chaque trait, afin de pouvoir étudier leurs rapports respectifs. Ces éléments permettent de définir des qualités spécifiques pour chaque trait, correspondant aux grands domaines de la vie : relations, argent, carrière, caractère, directions, contrats, médecine, etc… On fait enfin correspondre un animal mythique à chaque trait, ce qui permet, sur un mode analogique, d’affiner encore l’analyse.

L’immense apport de cette approche, par rapport à sa version confucéenne basée sur le texte, est qu’elle permet non seulement de donner des réponses extrêmement précises aux questions posées (qui peuvent être très libres dans la forme), mais aussi d’introduire le facteur temporel dans la réponse. Ainsi, à la question « Vais-je obtenir ce job ? », le Wen Wang Gua répondra sur la probabilité de l’obtenir ou non, mais donnera également une réponse sur la date probable de l’événement. Il permet ainsi de concentrer nos efforts et d’agir au bon moment. Si cette manière d’utiliser le Yi Jing a des côtés pratiques pour la personne qui consulte, elle a des effets insoupçonnés pour l’expert qui interprète l’hexagramme : l’expérience montre que pour celui-ci, l’hexagramme devient une sorte de représentation holographique et intériorisée d’une réalité plus vaste que celle du monde sensible habituel, entraînant une expansion de la conscience proche des états méditatifs.

Fabrice Jordan

Une formation complète en Yi Jing aura lieu à Ming Shan en 2020 et 2021à Ming Shan, donnée par Diego Gavelli et moi-même pour le Yi Jing Wen Wang Gua.

Ce texte a été publié dans la revue des Editions Recto-Verseau en 2016

3 commentaires


  • Messieurs, félicitations pour ces explications qui donnent quelques idées sur le fonctionnement.
    J’ai une série de fiches, l’une d’entre elles a été publiée (cf revue Art et métiers du livre, n° 327, p.19). Au verso, le nom de la série 文王八卦, au total 19 fiches. Cette iconographie populaire est devenue assez rare puisqu’utilisée fréquemment.
    Avez-vous pioché cet aspect des choses ? Quid de Mingshan ?
    Bien à vous.

    christophe comentale le

  • ArTmozWSjV

    ovTZjuRHdeIalPA le

  • ydBGwXglYCuVJOxb

    sNeKGTJDVkR le

Laissez un commentaire

Panier