arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Blog

L'amour : passerelle vers la liberté

L'amour : passerelle vers la liberté

Par Fabrice Jordan

June 10, 2019


Blog

L'amour : passerelle vers la liberté

Par Fabrice Jordan

June 10, 2019


L'amour : passerelle vers la liberté

Peu importe où nous sommes, nous pouvons voir le monde à travers les yeux de l'amour

Sans amour, tout est contraint, sinon faux. Avec amour, nous sommes en présence de tous les mystères de la vie. Nous pouvons tenir un abricot doré, un gant de baseball usé, la photo d'un enfant ou une vieille tasse ébréchée, et notre amour peut éclater. En tenant une pierre, nous sentons toute la montagne. En regardant un pin, sa présence devient amour de la terre elle-même. Quand l'amour est présent en nous, le monde rend notre regard, radieux et rempli de ses bienfaits.

Le cœur humain aspire à aimer et à être aimé, mais nous avons trop souvent peur. Nous avons été blessés, trahis, abandonnés, incompris, visés, oubliés et notre histoire d'amour est devenue une histoire de fantôme. Les fantômes de la perte et de la douleur nous hantent, nous avertissant de couvrir nos paris et de mettre en place un bouclier pour nous protéger contre d'autres pertes et rejet.

Le rejet est l'une des expériences les plus difficiles à supporter ; il touche nos douleurs les plus primaires d'abandon, faisant écho à la croyance erronée qu'il y a quelque chose qui ne va pas chez nous, que nous sommes indignes, inesthétiques et inamovibles. Quelle que soit la forme que prend notre blessure - traumatisme familial, violence ou négligence de la part d'une famille submergée ou d'une institution sans amour - nous pouvons avoir peur d'aimer.

Nous avons du mal à nous ouvrir à l'amour, même pour nous-mêmes. Pourtant, chacun de nous est un être mystérieux, unique, étonnant, pleinement digne d'amour.

Parfois la peur de la mort ou la peur de l'inconnu bloque notre amour. Nous nous accrochons à une coquille protectrice, un petit sens de soi qui veut être en sécurité, pour contrôler la vie. On fait semblant de ne pas être vulnérables, mais c'est une illusion. Nous sommes incarnés dans un corps délicat, entrelacés dans la communauté de vie. Nos sens ont évolué pour s'adapter de façon exquise au monde toujours changeant du plaisir et de la douleur, de la douceur et de l'amertume, du gain et de la perte. L'amour et la liberté nous invitent à nous tourner vers le monde. Ils offrent les dons d'un cœur flexible, assez large pour accueillir l'expérience, vulnérable mais centré.

"En fin de compte, c'est de votre vulnérabilité que vous dépendez, écrit le poète Rilke. Nous sommes nés et soignés par les autres, et nous mourrons de la même façon. Pour le temps que nous sommes ici, nous sommes dépendants de la toile de la vie. Nous mangeons dans les champs verdoyants des fermiers, nous faisons confiance aux autres conducteurs pour rester de leur côté de la route, nous comptons sur le service de l'eau, le réseau des services publics, les ingénieurs électriciens, les enseignants, les hôpitaux et les pompiers qui assurent notre subsistance. Écoutez Mère Teresa : "Si nous n'avons pas la paix, c'est parce que nous avons oublié que nous appartenons l'un à l'autre." Quand nous honorons notre vulnérabilité et notre dépendance à la communauté de vie, nous nous ouvrons à l'amour.

Oui, vous avez été blessé et abandonné. Mais vous avez trouvé un moyen de survivre à votre passé traumatisant et maintenant la porte de la prison est ouverte ; vous pouvez sortir à tout moment. Combien de temps allez-vous garder votre cœur fermé ? Combien de temps allez-vous tourner le dos à l'amour ? Tout ce qui bloque votre amour est, à la fin, irréel.

Suivez le conseil de W.H. Auden et apprenez à "aimer votre voisin de travers avec votre propre cœur tordu". Ayez du courage. Prenez soin de la politique, prenez soin de la communauté qui vous entoure, mais rappelez-vous qu'à la fin, c'est votre amour qui compte le plus. L'amour est votre porte vers la liberté et votre dernier mot.

par Jack Kornfield, que je trouve inspiré ces jours, (traduit par bibi corrigeant Deepl).

0 commentaires


Laissez un commentaire

Panier