arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Articles de Presse

Tradition orientale, modernité occidentale et neurosciences au service de la santé publique

Tradition orientale, modernité occidentale et neurosciences au service de la santé publique

August 25, 2019

Article écrit par Ivo Torelli

L’Aide Suisse aux Montagnards soutient le premier centre taoïste d’Europe : le centre Ming Shan à Bullet (VD) encouragé à hauteur de CHF 80'000.

Le premier centre d’arts taoïstes européen ouvrira ses portes le 1er octobre prochain dans le Nord vaudois, à Bullet (VD). Son concepteur et initiateur, le Dr Fabrice Jordan, avec le soutien de 5 personnes engagées à ses côtés, l’a imaginé il y a plus de 8 ans. L’idée est née d’un constat : la présence d’une multitude de pratiques issues du taoïsme au niveau local et international mais l’absence d’une structure globale et intégrative réunissant tous les arts de ce courant sous un seul et même toit. Le centre Ming Shan sera le premier centre européen permettant de présenter le taoïsme de manière cohérente et structurée dans toutes ses formes. Depuis les premières bribes du projet en 2011, Fabrice  Jordan et son équipe ont développé le concept d’un centre moderne, laïc et ouvert à l’année, afin de présenter en Europe les maîtres de toutes les traditions du taoïsme. Cette initiative a pour objectif de répondre de manière originale à des problèmes endémiques de la société occidentale : perte de sens, épuisement, dépression, sédentarité, perte du lien avec la nature, etc. Le projet a donc une portée de santé publique et se positionne comme un pont culturel entre la pensée occidentale et chinoise. Sur les crêtes du Haut-Jura vaudois, cette structure, portée par les autorités vaudoises et communales, l’association pour le développement économique du Nord vaudois (ADNV) et le Service de la promotion de l’économie et de l’innovation (SPEI), proposera divers workshops ainsi que des consultations médicales dans un cadre propice à la méditation et à la réflexion. Jugeant le projet porteur pour l’activité économique régionale et consciente de son caractère unique en Europe, l’Aide Suisse aux Montagnards a également soutenu le développement de ce centre avec un coup de pouce financier de CHF 80'000.

Un rassembleur passionné

L’idée d’un centre taoïste dans une volonté de complémentarité et de dialogue avec la médecine occidentale a émergé grâce à la persévérance et la volonté du Dr Fabrice Jordan, spécialiste FMH en médecine interne,  acupuncteur et professeur de tai chi ainsi que du groupe de cinq personnes  (Mesdames Judith Baumann, Dominique Binder, Sarah Blanc et Monsieur Jean-Noël Beyler) qui le soutient dans ce projet.

Fabrice Jordan a pris conscience de la spiritualité et du rôle essentiel qu’elle tient dans sa vie très jeune. A l’âge de 15 ans déjà, lors des sorties à la piscine, le jeune Fabrice lisait les textes du maître zen Suzuki, à l’heure où ses camarades préféraient se baigner ou lire des bandes dessinées. Plus tard, à 20 ans, il découvre d’abord le taoïsme avec le tai chi, alors qu’il effectue ses études de médecine en parallèle. Jeune adulte, il explore ensuite plus largement le courant taoïste et se forme à la pratique de l’acupuncture auprès de l’AGMAR  (Association Romande des Médecins Acupuncteurs). En 2011, Il s’installe à Yverdon-les-Bains en tant que médecin généraliste et acupuncteur. Passionné par la médecine chinoise et ses différents courants, en 2007, il fonde l’association Transverse ; elle a pour but de faire dialoguer les spiritualités entre Occident et Orient, entre modernité et tradition.

Mais en 2011, le constat est sans appel : il y a une multitude d’adeptes et de pratiquants des arts taoïstes mais aucune structure complète et intégrative pour les accueillir. Décidé à pallier ce manque, il fonde la société Dao Shan ; elle deviendra l’organe constitutif du centre Ming Shan. En 2013, pour des raisons de disponibilités territoriales et grâce à l’ouverture de la commune de Bullet, la fondation choisit d’acquérir un terrain dans ce petit village du Nord vaudois pour y installer Ming Shan.

Pôle de référence unique en son genre en Europe

Comme l’explique le Dr Jordan : « Le centre se veut comme un passeur de culture, un pont de transmission entre une tradition chinoise et une modernité occidentale.»  Cette institution proposera une palette de formations, workshops et événements,  mais également des consultations médicales : autant d’activités permettant de s’immerger dans la culture taoïste,  d’explorer un aspect de la culture chinoise, par exemple avec un cours de calligraphie, ou encore de bénéficier de consultations médicales, couplant  médecine occidentale et médecine chinoise.

L’architecture du centre, pensée pour répondre à tous ces besoins et dont la structure est entièrement constituée en bois d’épicéa s’articule en forme de U inversé autour d’une cour intérieure. Le temple occupe la partie centrale et une vague en stries de bois clair orne déjà sa façade supérieure. A l’intérieur, le visiteur est plongé dans une atmosphère sereine et majestueuse : haut plafond et sol rouges, vaste puits de lumière projeté sur les trois statues représentant les divinités San Qing, les plus hautes divinités du panthéon du taoïsme, participent à cette ambiance. En plus de deux salles de pratiques (82m2 et 218m2 ) dans l’aile nord, l’aile sud accueille le restaurant de 60 places, les salles de consultations et les chambres : 8 chambres doubles, 2 chambres triples et un dortoir de 8 places, pour une capacité totale de 30 personnes. L’équipe Ming Shan a aussi la chance de pouvoir compter sur la cheffe cuisinière Judith Baumann, elle-même très impliquée dans le projet. Pour le plus grand plaisir des gastronomes, elle gérera le restaurant et proposera également des ateliers de cuisine en lien avec les arts taoïstes.

Grâce à ses nombreux voyages en Chine, Fabrice Jordan a pu rencontrer les plus grands maîtres taoïstes qui transmettront bientôt leurs enseignements dans le centre Ming Shan. Le centre se positionne aussi comme une unité de soins pour les maux contemporains : burn out, cancer, dépression, hyperactivité, ménopause, obésité, vieillissement. Pour chacun de ces domaines, Fabrice Jordan fera appel à des spécialistes régionaux dans la médecine occidentale et complétera ces thérapies avec des pratiques de médecine chinoise.

Le Dr Fabrice Jordan insiste sur une question rarement évoquée. Dans le domaine du développement personnel, il est nécessaire de tenir compte de deux axes simultanément. Le premier est l’axe d’une forme d’ouverture de conscience, que l’on expérimente par exemple dans la méditation ou le Qi Gong. Ce premier axe a été très bien exploré par les spiritualités orientales. Néanmoins, seul cet axe n’est pas suffisant. Il faut également développer l’axe de la maturité de l’adulte qui lui, a été mieux étudié par les sciences cognitives occidentales, notamment psychothérapeutiques. Sans ce double travail simultané, qui réunit le meilleur de l’occident et de l’orient, on assiste trop souvent à des dérives.

Un concept technologique au service de la méditation avec l’EPFL + ECAL lab

Dans le but d’accompagner et de favoriser la méditation à travers une vision moderne et laïque du temple, Fabrice Jordan s’est associé avec l’EPFL+ECAL lab, dirigé par Nicolas Henchoz,  pour développer un dispositif numérique : le Ming Shan Digital Experience. Ce laboratoire développe actuellement des outils alliant spiritualité et neurosciences afin d’optimiser l’expérience méditative des futurs utilisateurs du centre. Ces modules mobiles devront faciliter la connexion et les changements intérieurs induits par la méditation avec des effets de lumière et vibrations. Pour ce projet, les autorités cantonales ont également accepté de soutenir financièrement cette recherche, pour l’innovation qu’elle représente.

Un projet ouvert qui fait l’unanimité

Chaque mois, des événements culturels seront également organisés, à l’image du premier concert « La corde sensible » qui poussera à l’expression des émotions à travers la musique. La grande salle de 218m2 pourra être louée pour des événements et workshops par des entreprises ou des particuliers. Ming Shan est ouvert sur le monde et a l’ambition de s’adresser à tous les publics : les adeptes et novices, les touristes et les locaux, les classes et les entreprises. La structure recrute actuellement ses futurs collaborateurs, 12 équivalents temps-plein au total.

De 2011 à 2019, Fabrice Jordan a su convaincre les autorités politiques qui ont soutenu son projet : le canton de Vaud et la Confédération ont subventionné le projet, dont le montant total s’élève à CHF 5 millions, à hauteur de CHF 950'000 et CHF950’000. L’Aide Suisse aux Montagnards a encouragé l’initiative avec une aide financière de CHF 80'000. Charles-André Ramseier, expert bénévole en charge du tourisme pour la fondation déclare : « Compte tenu de l’originalité du projet, de son impact régional et de la création d’emplois qu’il génère ainsi que de de son attractivité touristique, nous soutenons ce projet sous forme de reconnaissance à l’innovation. Dans un monde actuel en pleine effervescence mais parallèlement en quête de sens, la création de ce lieu de ressourcement unique contribuera à une société en meilleure santé. »

Panier